En mars j’ai lu

book-open-pages-library-books-know-reading-learn

En mars, j’ai exploré des mondes imaginaires. J’ai aussi alterné mes livres et de la littérature jeunesse en chipant des bouquins sur l’étagère de ma fille aînée. J’aime bien me tenir au courant de ce qu’elle lit, et elle commence à lire des trucs plus intéressants que les Cabanes magiques !

Comme mes lectures ont pour le moins été éclectiques, et qu’il est difficile de leur trouver un dénominateur commun, je vous propose de les découvrir dans le même ordre que moi.

Le grand livre des gnomes (Terry Pratchett)

Le grand livre des gnomes (Terry Pratchett)

Je suis une inconditionnelle de Terry Pratchett, et j’ai lu de nombreux épisodes des ouvrages des annales du Disque Monde. Ce roman ne fait pas partie de cette série, et je ne connaissais pas du tout ces histoires de gnomes !
Une petite tribu de gnomes se voit contrainte de quitter le bord d’autoroute sur laquelle elle vivait depuis des générations. Elle débarque dans un grand magasin et se trouve nez à nez avec… une autre colonie de gnomes ! Imaginez la surprise réciproque ! Les gnomes du dehors pensaient être seuls au monde, les gnomes du grand magasin, eux, ne croient même pas à l’existence du dehors !
Le magasin doit bientôt être démoli, aussi tous nos gnomes se mettent en route pour trouver un autre endroit où vivre. Dans la deuxième partie du bouquin ils arrivent et s’installent dans une carrière désaffectée où ils vont devoir défendre leur territoire face aux humains. Dans la troisième partie on suit trois des gnomes qui espèrent arriver en Floride pour profiter du lancement d’un satellite pour reprendre contact avec leur vaisseau. Car oui, les gnomes sont les descendants de visiteurs extraterrestres bloqués sur terre depuis 15 000 ans.
Ce que j’en ai pensé ? C’est un livre palpitant, un très beau roman d’aventure, avec beaucoup d’humour, et j’ai complètement plongé dedans. C’est aussi une façon accessible de découvrir Terry Pratchett si vous hésitez à vous lancer dans les Annales du Disque Monde.

Moi, Boy (Roald Dahl)

Moi, Boy (Roald Dahl)

À part Charlie et la Chocolaterie, et Le Grand ascenseur de verre, que j’avais lus enfant, je ne connaissais pas tellement l’œuvre de Roald Dahl. Je me suis bien rattrapée depuis, car 2011 est une grande fan ! Mais même si elle a dévoré plusieurs de ses romans, Moi, Boy était resté sur une étagère. J’ai décidé de me plonger dedans, et j’ai rapidement compris pourquoi elle n’avait pas dépassé les premières pages.
Moi, Boy n’est pas un roman, mais une autobiographie dans laquelle Roald Dahl nous raconte son enfance, jusqu’à l’âge de 20 ans. J’ai trouvé le livre très intéressant, le style est – évidemment – très abordable, mais sans être simpliste. L’auteur raconte les épisodes de son enfance, qu’ils soient drôles ou dramatiques, avec l’humour et le regard décalé qu’on retrouve ans ses autres ouvrages.
Même s’il a connu une enfance aisée, c’est quand même un livre mélancolique, qui comporte de nombreux moment tristes – le décès de sa sœur, celui de son père, les pensionnats anglais… Pas si facile d’être un enfant, surtout dans les années 30 ! Je comprends donc que 2011 n’ait pas accroché, d’ailleurs c’est presque plus un livre que je recommanderais aux adultes. Je pense qu’elle le découvrira avec plaisir dans quelques années !

Le Pouvoir (Naomie Alderman)

Le Pouvoir (Naomie Alderman)

Emprunté à la bibliothèque un samedi, terminé le mardi suivant, on peut dire que ce roman ne m’a pas lâchée. Difficile de décrocher, en effet, tellement il est prenant !
Dans Le Pouvoir, les femmes se retrouvent avec la capacité de produire des arcs électriques qui peuvent blesser et même tuer. Elles ne sont plus dominées physiquement par les hommes, le rapport de forces hommes-femmes s’inverse brutalement. Autant vous dire tout de suite que les femmes ne sont pas contentes et qu’elles vont chercher à prendre leur revanche !
Les garçons ne sont plus en sécurité : devant la recrudescence de gangs de filles, ils sont soumis au couvre-feu, regroupés dans des établissements scolaires non mixtes. On suit plusieurs personnages pendant la dizaine d’années qui suit l’émergence de ce pouvoir. Il y a par exemple Eve, qui fonde une nouvelle religion, Margot, maire d’une petite ville américaine et politicienne ambitieuse, Tunde, un journaliste nigérian qui parcourt le monde pour filmer les renversements des régimes politiques.
Ce qui m’a plu dans ce roman c’est que malgré le postulat de départ – ce nouveau pouvoir électrique – c’est un livre très réaliste, qui dénonce de nombreux problèmes de notre société actuelle. Les situations décrites pourraient vraiment exister – d’ailleurs elles existent, mais ce sont des hommes aux commandes. C’est un roman haletant, violent, réaliste, que je ne peux que vous conseiller.

Le Fermier Gilles de Ham (J. R. R. Tolkien)

Le Fermier Gilles de Ham (J. R. R. Tolkien)

Encore de la littérature jeunesse ! L’été dernier, je suis tombée sur ce roman de Tolkien que je n’avais jamais lu. 2011 a boudé le livre, il faut dire qu’il est encore un poil compliqué pour elle.
Le fermier Gilles de Ham vit paisiblement dans sa campagne anglais. Un géant vient semer la pagaille sur ses terres. Il le chasse et devient un héros local, le roi lui envoie même une épée en récompense. Du coup, quand un dragon arrive, notre fermier n’a pas vraiment le choix et c’est à contre cœur qu’il part le chasser.
C’est un compte distrayant, et agréable à lire. Et puis c’est du Tolkien ! Après, je ne peux pas dire qu’il m’ait transcendé plus que ça. Si vous aimez la fantasy, foncez. Sinon, je vous conseille plutôt le Terry Pratchett dont je parle au début de l’article.

Rosa Candida (Audur Ava Olafsdottir)

Rosa Candida (Audur Ava Olafsdottir)

J’avais lu L’Embellie en février, et ça m’a donné envie de me replonger dans Rosa Candida. C’est vraiment un roman que j’avais apprécié lors de ma première lecture, et que je l’ai de nouveau adoré.

Arnljótur, a 20 ans. Il part d’Islande, laissant son père veuf et son frère jumeau autiste pour aller s’occuper d’une roseraie abandonnée dans un monastère, sur le continent. Il va être rejoint par Anna, étudiante en biologie, avec qui il a eu une brève étreinte dont est née leur fille Flora Sol il y a quelques mois.
C’est un joli livre sur la paternité dans lequel on retrouve le style lent et poétique d’Audur Ava Olafsdottir, ainsi que des thématiques qui lui sont chères : parentalité, cuisine et nature paisible.

Le Pays des contes Tome 1 – Le Sortilège perdu (Chris Colfer)

Le Pays des contes Tome 1 - Le Sortilège perdu (Chris Colfer)

Encore de la littérature jeunesse, décidément ! Imaginez un mélange entre la série des Harry Potter (pour l’aspect jeunesse) et la série des Thursday Next (pour l’immersion dans le monde des livres), saupoudré de Girl Power (ici les princesses sont plus débrouillardes les unes que les autres), et vous obtenez une petite pépite !
Deux jumeaux, Alex et Conner, se retrouvent projetés dans le monde des contes de fées. Ils y croisent les personnages qu’ils connaissent bien, mais ici Boucle d’Or est une criminelle en cavale, Le Petit Chaperon Rouge est devenue la première Reine élue démocratiquement, La Belle au Bois Dormant peine à remettre son royaume endormi sur pied et pour couronner le tout la Méchante Reine vient de s’échapper de son cachot.
Pour parvenir à rentrer chez eux, le frère et la sœur doivent réunir huit objets magiques, en évitant la fille du Chasseur et les descendants du Grand méchant loup. Heureusement ils rencontreront des gens qui accepteront de les aider.
On retrouve dans cette histoire tous les ingrédients des contes de fées, et l’univers décrit fonctionne super bien. L’intrigue n’est pas trop simpliste, même si le livre est accessible. Et en plus, ce roman met en scène toute une série de personnages féminins forts, variés et non stéréotypés.
2011, l’a adoré. Quant à moi, c’est peu dire que ce livre m’a emballée ! Un vrai régal, je n’ai hâte qu’une hâte : lire la suite. Bref, un bouquin à mettre entre toutes les mains.

Nous sommes tous des féministes (Chimamanda Ngozi Adichie)

nous-sommes-tous-des-feministes.jpgCet essai est très court, il s’agit du texte d’une conférence donnée par l’auteur. Je n’ai rien à enlever, rien à ajouter : je suis entièrement d’accord avec tout ce qu’elle dit, et sa vision du féminisme.

 

Le texte est suivi par une courte nouvelle, Les marieuses. Une jeune Nigériane fraîchement mariée arrive aux États-Unis avec son mari. Elle le connait à peine – c’est un mariage arrangé – et la réalité est loin des belles promesses. Un instantané réaliste de la condition de trop de femmes dans le monde entier.

Ce court ouvrage est un bon moyen de réfléchir à la question du féminisme pour ceux qui n’en sont pas familiers, et dans tous les cas un texte clair et concis, un classique de la littérature féministe.


Voilà tout pour le mois de mars ! En avril je ne sais pas encore dans quoi je vais me lancer… Vous avez des livres à me conseiller ?

7 réflexions sur “En mars j’ai lu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s